Retour au Blogue

La télécartographie prédictive pour la mise en valeur du potentiel minier en Afrique de l’Ouest


Par Ludovic Bigot, géo., MSc.

La Banque Mondiale a mandaté en 2016 Effigis Géo-Solutions pour la réalisation d’un vaste projet d’étude géologique au Burkina Faso. L’objectif visé était d’améliorer la connaissance géologique et métallogénique afin de promouvoir le potentiel minier du pays. Une approche hybride de télécartographie prédictive couplée à des levés de terrain ciblés a été retenue, répondant aux contraintes logistiques et aux caractéristiques géologiques du territoire couvert.

Complété en 2018, le projet s’est révélé un succès, avec la cartographie géologique de 13 feuillets à 1/200000 ainsi que la production d’une carte synthèse de la structure géologique et des substances minérales de tout le pays à 1/1000000. La réussite de ce projet permet de supporter la diversification minérale à venir du Burkina Faso.

Des défis de taille à relever

Les territoires à cartographier se situaient dans le sud, l’ouest, le nord et l’est du Burkina Faso, couvrant une superficie d’environ 125000 km2. Sur ce vaste territoire, contraint chaque année par l’alternance de saisons sèches et humides, les travaux ont été réalisés en moins de 30 mois, limitant ainsi la durée des interventions sur le terrain.

La majorité des informations géoscientifiques de la région dataient des années 1970, malgré quelques levés géologiques ponctuels plus récents. De plus, certaines régions étaient difficiles d’accès, en particulier le nord du pays qui est peu sécuritaire.

Une approche hybride de télécartographie prédictive et de levé de terrain

Cette approche de cartographie géologique permet d’optimiser les levés géologiques, en orientant les travaux vers des secteurs de plus haute complexité géologique.

Télécartographie prédictive

La phase de télécartographie prédictive comprend l’intégration et l’analyse des données géologiques historiques et récentes du Bureau des Mines et de la Géologie du Burkina Faso (BUMIGEB) et du programme West African Exploration Initiative (WAXI), conjointement avec des données de géophysique aéroportée haute-résolution (magnétisme, spectrométrie gamma), des images satellitaires (ASTER, Landsat-8, RADARSAT-1), de même que des données topographiques. Elle est supportée par des analyses géostatistiques complémentaires (analyse de variance, rehaussements de signal) et des analyses vectorielles, permettant de générer différentes couches interprétatives, incluant la reconnaissance des surfaces rocheuses, de l’architecture structurale ainsi que des horizons lithologiques marqueurs (Figure 1).

Carte lithostructurale de la feuille de Fada N’Gourma (Est du Burkina Faso), préparatoire aux levés de terrain.

Figure 1 : Carte lithostructurale de la feuille de Fada N’Gourma (Est du Burkina Faso), préparatoire aux levés de terrain.

Levés de terrain, travaux de laboratoire et synthèse

Les levés de terrain, réalisés durant les saisons sèches, ont été orientés en priorité vers les secteurs de plus haute complexité lithologique et structurale interprétés durant l’étape de télécartographie prédictive. L’observation de terrain et l’analyse par pétrographie, géochronologie et lithogéochimie de près d’un millier d’échantillons ont ensuite été réalisés en collaboration avec des centres universitaires au Québec, au Burkina Faso et en Afrique du Sud. L’intégration de ces observations et résultats d’analyse aux cartes lithostructurales préparatoires ont permis de faire les ajustements requis et de générer les cartes géologiques finales (Figure 2).

Carte géologique finale de la feuille de Fada N’Gourma (Est du Burkina Faso)

Figure 2 : Carte géologique finale de la feuille de Fada N’Gourma (Est du Burkina Faso).

Un nouveau portrait géologique

Par ce projet, la connaissance géologique du Burkina Faso a grandement progressé, notamment par la reconnaissance et la caractérisation de nouveaux corridors de déformation trans-lithosphériques de grande ampleur, essentiellement d’orientation NE, qui découpent les domaines lithostructuraux volcano-sédimentaires et plutoniques. Ces derniers sont envahis par une variété d’intrusions d’origines diverses. De plus, des résultats d’analyse géochronologique suggèrent la présence d’un noyau plutonique archéen au sein des assemblages paléoprotérozoïques de l’est du pays.

Sur le plan métallogénique, les contextes de minéralisation en métaux précieux, ferreux, de base et de haute-technologie ont été documentés, mettant ainsi en valeur le potentiel de diversification minérale; la filière aurifère dominant actuellement largement les activités minières du pays. Parmi ces contextes, notons la mise en évidence du potentiel en lithium, étain et terres-rares dans certains granites évolués, ou encore en cuivre et or dans des granitoïdes alcalins anorogéniques.

Par ce projet et les défis relevés, Effigis a su déployer une méthode innovante, alliant télécartographie et levés de terrain ciblés sur les zones de plus forte complexité géologique. Le succès d’une telle approche repose, en amont, sur l’intégration d’une information de qualité et des méthodes analytiques avancées. L’accès à des bases de données géologiques de haute qualité au Burkina Faso améliore désormais grandement la précision des modèles d’évaluation de potentiel minéral.

 

Partager
Share on FacebookGoogle+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail to someone