MONITORING ENVIRONNEMENTAL

Suivi des travaux de réhabilitation – Lac-Mégantic

Optimiser les opérations sur le site du déraillement de train.

Début du projet:
Juillet 2013
Durée:
4 mois

L’accident ferroviaire s’est produit le 6 juillet 2013 à 1 h 14 heure locale (HAE) à Lac-Mégantic, une municipalité de la région de l’Estrie, au Québec (Canada). Le déraillement d’un convoi à la dérive de 72 wagons-citernes contenant du pétrole brut léger a provoqué des explosions et un incendie qui ont détruit, dans le centre-ville, une quarantaine d’édifices dans une zone de 2 km2, tuant du même coup 47 personnes. L’incendie a duré quatre jours, consommant près de six millions de litres de pétrole.

Mise en situation :

Le site ayant été désigné zone de crime, la Sûreté du Québec en a assuré la surveillance 24 heures sur 24 pendant plusieurs jours. Ce n’est que cinq jours après la tragédie que des entreprises de réhabilitation ont pu avoir accès au site et, quelques jours plus tard, commencer par bouger les wagons, puis pomper le pétrole qui s'est déversé dans l'eau et récupérer l'eau contaminée. Les émanations de gaz partout sur le site, ainsi que la chaleur et l'humidité rendaient la tâche difficile pour l’équipe de réhabilitation.

Défis :

Nous devions fournir une série d’images satellite de très haute résolution et claires, en dépit des conditions atmosphériques changeantes, dans le but de suivre les progrès des opérations de réhabilitation du site au cours des quatre mois suivant l’accident ferroviaire.

Bien que les images aient toutes été acquises par des capteurs (sur les satellites Pléiades 1A et 1B) aux caractéristiques identiques, les conditions atmosphériques, forcément différentes d’une date à l’autre, font en sorte qu’une même cible au sol peut apparaître d’une couleur légèrement différente. Il est alors nécessaire de corriger les images pour réduire ou éliminer les effets atmosphériques et assurer non seulement la réalisation d’un produit esthétiquement agréable, mais aussi éliminer les erreurs d’interprétation qui pourraient survenir en raison des différences de couleur. Par ailleurs, il est aussi nécessaire de corriger les distorsions géométriques des images afin de s’assurer qu’elles soient parfaitement superposables l’une à l’autre.

Solutions :

La constellation des satellites de haute résolution Pléiades a été programmée pour acquérir neuf images entre le moment de l’explosion, soit le 6 juillet 2013, et le 4 novembre 2013. Les images ont été traitées au moyen de logiciels d’analyse d’images afin de les rendre parfaitement superposables et équilibrées sur le plan des couleurs.

Résultats :

Au fur et à mesure que les images étaient obtenues et corrigées, elles pouvaient être utilisées par les organismes en charge de la coordination des travaux sur le terrain. Ils avaient ainsi accès à une vue d’ensemble du site affecté et pouvaient non seulement orienter et optimiser les efforts des équipes de réhabilitation, mais aussi documenter les progrès des travaux qui ont eu lieu sur le site de Lac-Mégantic au cours des quatre mois suivant l’accident.

Éléments à retenir :

  • Possibilité d’acquérir des images satellite de très haute résolution (50 cm) à une fréquence élevée et selon les besoins, pour suivre l’évolution de travaux de grande envergure;
  • Traitement rapide des images au moyen de logiciels d’analyse afin de faciliter l’extraction d’informations utiles;
  • Soutenir les équipes sur le terrain et les décideurs afin d’avoir une vue globale des dommages causés sur les zones affectées et assurer le suivi de l’évolution des opérations de réhabilitation.

Contacter un représentant

CONTACTER L'EXPERT

Mathieu Benoit

Vice-président – Observation de la Terre